Nouvelles

Rapport de course de Freedom Cycle, AMRCA, 2e course

juin 26, 2007

Jeremy Burgess (No 1)

Nos coéquipiers étaient revenus, de la course du Championnat national du Canada, qui s'était déroulée au Mont Tremblant, au Québec, avec quelques nouveautés que j'étais impatient de tester sur ma moto. C'est ma troisième saison de course sur la même moto et je suis parfaitement à l'aise avec elle. J'ai hésité un peu au début, à cause du changement radical, mais lorsque je l'ai essayée, j'ai vu qu'elle roulait super bien ! J'ai pu faire quelques tours rapides aux qualifications. Satisfaits de mon temps de qualification, nous avons commencé à régler la moto pour la compétition du lendemain. Je n'ai pas pu m'en servir pour l'entraînement du dimanche matin, mais, plus la compétition de Supermoto approchait, plus j'étais calme et impatient de monter sur ma moto et d'avoir du plaisir. Le temps était parfait, et la moto parfaitement préparée. J'ai eu quelques petits problèmes de réglage pendant la course, mais je suis sûr que les spécialistes de Pro Tech suspension pourront y remédier. Dans l'ensemble, cela a été une excellente fin de semaine. J'ai fini à la 2e position, derrière le pilote national de Suzuki, Clint McBain. Le temps va me sembler long, jusqu'à la prochaine course qui se déroulera le 3 août.

Terry Steeves (No 38)

J'avais de grandes attentes en allant participer à la 2e course. Le vendredi, jour des essais et des réparations, nous avons rapidement travaillé pour améliorer la traction et la manutention. La traction arrière était parfaite, mais la traction avant nuisait à mes progrès. À cause d'une  mauvaise traction à l'avant, en laissant mon pied sur l'accélérateur, j'ai chuté à la sortie du 1er virage. Le vendredi soir et le samedi auraient donc dû être deux jours d'intenses activités pour les réparations, mais ce ne fut pas le cas. Merci à notre formidable machine, car le seul problème que j'ai subi fut de petites ecchymoses. Samedi, nous avons commencé la journée en travaillant sur la traction avant, mais, négligence ne ma part, j'ai remis les fourches ensemble et cela nous a énormément desservi au moment des qualifications. Je me suis qualifié dans la catégorie des professionnels sur super motos en me positionnant à la 10e place. À cause d'un drapeau rouge et d'un long retard dans l'Open pour amateur, du samedi après-midi, l'Open pour les professionnels a été reporté au lendemain. Pour nous, ce changement d'horaire a finalement été une chance, car j'allais avoir le temps, le dimanche matin, pour corriger mon erreur de la veille. Nous avons pu améliorer la traction avant. Merci beaucoup à mon coéquipier Adam Turner (Pro Tech suspension) ! Nous avons réalisé le 2e temps le plus rapide aux qualifications.

L'Open des professionnels a eu, lui aussi, son lot de drames. J'ai cassé mon support d'amortisseur, dès le début de la course, et j'ai dû, pendant une grande partie de la course, essayer de récupérer du réservoir des « slappers » qui continuaient avec les barres hors de mes mains. Je savais que quelque chose était cassé, mais je sentais que je pouvais rouler malgré tout, et nous étions trop proches de la fin pour ne pas essayer. Au 10e tour, pour une raison inconnue, il y avait un drapeau rouge au 7e virage. Je me suis de nouveau retrouvé dans une lutte entre 4 coureurs, mais, comme l'exige le règlement, j'ai levé mon bras pour montrer que j'allais m‘arrêter à cause du drapeau rouge. Un autre coureur du groupe a fait de même, tandis que les deux autres coureurs ont ignoré le drapeau et ont continué la course. Lorsque je suis arrivé au 9e virage, j'ai vu qu'il n'y avait pas de drapeau rouge. J'ai donc repris ma course et finalement, j'ai fait un dépassement pour regagner une des positions que j'avais perdues à cause de l'erreur des organisateurs. Cependant, les autres tours n'ont pas compté, car les organisateurs avaient décidé de retenir les positions du dernier tour complet de chacun, avant l'erreur du drapeau rouge. Finalement, cette erreur nous a coûté cher. Nous sommes toujours à la recherche d'un rythme de course qui pourrait nous permettre d'améliorer nos résultats. Je suis, toutefois, convaincu qu'un peu de chance et un bon départ nous attendent à la 3e course.

Retourner