Nouvelles

Nouvelles de Joan Lascorz

août 31, 2012

Suite à l'accident survenu à Imola lors des tests officiels du Championnat du Monde Superbike le 2 avril dernier, nous aimerions communiquer ce qui suit à propos de l'état de Joan Lascorz.

Joan est toujours hospitalisé à l'Institut Guttmann en Espagne, immergé dans un processus de récupération et d'adaptation à sa nouvelle vie. Il est prévu que d'ici le milieu de septembre Joan va quitter le centre.

Joan a subi une blessure à l’épine dorsale dans la région C6 due à un choc accidentel contre un mur de béton sur le circuit d'Imola. Joan a subi une dislocation de la vertèbre C6, qui a produit une cession totale de la moelle épinière. Les médecins ont dit cette blessure est considérée comme irréversible.

Joan souffre d’une paralysie quadriplégique et n'a pas la mobilité de ses jambes, de son abdomen ou de ses doigts, mais il a la sensation dans ses doigts et ses mains. Il a également la mobilité dans le visage, le cou, les bras, les épaules, les coudes et les poignets.

Joan détient 100 pour cent de ses facultés mentales et s’affaire à recentrer sa vie, à abandonner les projets élaborés pour le World Superbike, le tout avec la force et motivation pour pouvoir penser à entreprendre des projets personnels futurs à court et à moyen terme.

Accident de Joan s'est produit lors des essais. Sa chute est un accident survenu lors qu’il faisait son boulot à pousser sa moto de course aux limites du possible. En révisant les données de son équipe et celles de Joan, la cause de l'accident est maintenant plus claire.

Guim Roda, le gérant de l’équipe de la Kawasaki Racing Team, a déclaré: "Joan a perdu le contrôle de la moto lors de la saisie d'un virage à droite en cinquième vitesse après une longue ligne droite, avec la roue avant touchant légèrement le sol. Le fait de retoucher l'asphalte à haute vitesse tout en inclinant la moto, a fait que Joan a perdu le contrôle de la moto et a dérapé. Il venait de faire un lot de bons chronos et était sur le point d’accomplir le tour le plus rapide de la journée contre tous les coureurs sur la piste. "Les blessures de Joan ne sont pas le résultat de la chute elle-même, mais du fait qu’il faisait près de 200 km / h lorsqu’il a frappé un mur non protégé près de la piste.

Joan Lascorz commente : «  Ce qui m'est arrivé est une honte, je ne suis pas sûr si c'est de la malchance ou que les conditions à Imola ne convenaient pas pour une moto de 240 chevaux. Il n’est sans aucun doute pour moi que ceci met un terme à une période de ma vie ainsi qu’à ma carrière comme coureur de SBK. C'est une situation très difficile à accepter et je dois demeurer très fort pour aller de l'avant. Je tiens à remercier pour un soutien incommensurable : les pilotes de la SBK et MotoGP et toutes les autres catégories. Je tiens également à remercier tous les fans de course et les pilotes amateurs et professionnels qui m'ont démontré des marques de support et d’affection. Les visites et les conversations avec Albert Llovera, Filippo Preziosi, Oscar Lanza, Isidre Esteve et Pau Bach m’ont été de grand support. Je tiens à remercier les innombrables médecins et infirmières qui ont pris soin de moi, à partir de la SBK Clinica Mobile jusqu’à l'hôpital Maggiore de Bologne. Merci à l'unité de soins intensifs et l'unité des blessures de la colonne vertébrale de Vall d'Hebron et ici à l’institut Guttmann:. Dans tous ces lieux, j'ai été traité comme un roi. Merci également à la Fédération Catalane et Espagnole de Motocyclisme et tout le soutien que j’ai avec les fauteuils roulants Panthera, et par-dessus tout merci à toute ma famille, à mon père Juan qui de la misère à s’en remettre, quasiment pire que moi, à ma mère Maribel, mes frères et sœurs, oncles, cousins, amis et coéquipiers, ils ont tous été avec moi.

"Une fois sorti de Guttman, je vais repenser profondément ma vie et de chercher des ressources économiques en fonction de ma situation, car ce ne sera pas facile pour moi. Je vais devoir trouver de nouveaux objectifs pour continuer à profiter de la vie, mais certainement pas avec la même intensité d’avant. Parfois, je ressens une grande tristesse pour la rapidité avec laquelle ma vie a changé à cause de ce mur. Et j'ai beaucoup repensé à ce qui s’est produit. Parfois, je me surprends à être optimiste et à penser à ce que l'avenir me réserve mais je sais que je devrai faire beaucoup de réapprentissage. Ce n'était pas facile d'atteindre le niveau ou j'étais parvenu et c'était le résultat de beaucoup d'efforts de beaucoup de gens aussi. À partir du moment où j'ai arrêté de livrer des pizzas à l'âge de 18 ans au guidon d’une 50 cc jusqu’au début de ma carrière en tant que pilote ... C'est une injustice très triste, mais je dois y faire face de la meilleure façon possible. Il s'agit d'un type de blessure qui non seulement vous tient à l'écart de la compétition, mais qui vous marque pour la vie et c'est quelque chose ce dont je dois me résigner à accepter. "

«Quand mes amis ont fabriqué une badge au numéro 17 qui avait comme symbole mon rétablissement, je ne pensais pas un instant de l'impact que c’était pour avoir dans ma vie et c’est ce que j'ai vu ces derniers mois. Cela m'a donné tant de force de voir les gens exprimer leur solidarité à mon égard dès mon accident, je tiens à les remercier de tout cœur. J'ai été surpris de voir Rossi, Dovizioso, Crutchlow, Hayden, Pedrosa, Espargaro, Jonny Hernandez, Lorenzo ... et bien sûr beaucoup plus en MotoGP, sinon la totalité, Marquez, Espargaro, Rabat, Rins même ... autres coureurs et j’en oublie quelques-uns  ... Certaines équipes qui ont affiché l’autocollant sur leurs carénages. L’équipe Caixa Catalunya Repsol de Alzamora ou de l'équipe Pons le porte toujours et bien d'autres que j’ai oublié de mentionner. Il y a eu plus de 10,000 autocollants et c'est une source de fierté pour moi. En SBK je pense que tous les pilotes utilisent les autocollants: Checa, Haslam, Smrz, Sykes, mon remplaçant Loris Baz, Biaggi l’a mis a côté de la télé dans le puits, Rea, Melandri, Salom, qui a décoré la moitié de son vélo. Dans mon équipe de la Kawasaki Racing team, cet autocollant est sur les ordinateurs, sur les motos et dans la zone des stands et l'usine BMW l’a mise sur le devant de la leurs carénages.

Sofuoglu, Morais et toute la famille Kawasaki, les pilotes Kawasaki STK600 et 1000  et bien sûr à tous les pilotes STK. Je remercie Fujiwara et Akira Yanagawa au Japon car ils affichent la badge à chaque course et l'équipe japonaise Green Team l’a mise sur leurs motos. Honda Espagne l’a mise sur leur site Internet, la Coupe Easyrace, de nombreux amis des pilotes du CEV, et aussi il y en a une de trois pieds de large à l’entrée du circuit de Motorland. Merci à l'initiative de Solo Moto de la donner avec la revue et à Motocard et Kawasaki pour financer le projet. Tous les médias ont été intéressés et ont pris de mes nouvelles malgré le silence que je leur imposais.

Plusieurs coureurs m’ont envoyé plusieurs courriels avec des photos et des encouragements et même si je ne réponds pas à tous, soyez assurés que je les ai tous lus! À tous ceux que j'ai oubliés ou que je n’ai pas vus du tout: Je vous remercie beaucoup! Pour tous ceux qui m'ont invité à des événements et auxquels je n’ai pas pu me rendre, merci. J’ai eu besoin de prendre des moments à moi pour arriver à comprendre ma nouvelle situation. C'est pourquoi j'ai besoin de temps pour être détendu et pour  mener une vie privée mais bien sûr, sans renoncer pour autant à ce que Joan Lascorz peut faire dans le monde de la moto, dont je suis très fier. J'ai vécu et reçu de la reconnaissance dans le monde entier. À  toutes et à tous je dis merci pour leurs expressions de soutien! "

L'avenir immédiat
À partir de septembre et jusqu'à la fin de la première année,  Joan essayera de s'adapter aux émotions et à ses habitudes de vie hors de l’institut Guttmann et analyser son avenir à long terme. Jusqu'à présent, toute communication relative à Joan a été fait à partir de l’équipe Provec Racing Team, la société chargée de la gestion de l’équipe Kawasaki Racing Team. A partir de maintenant,  il sera possible de prendre des nouvelle de Joan à travers le site web www.joanlascorz.com, qui sera bientôt complètement mis à jour.

Nous de l'équipe, aimerions demander à tous les coureurs, aux équipes et tout le monde impliqué dans le monde de la moto de compétition de garder vivant l'appui à Joan par l'intermédiaire de ce symbole  jusqu'à la fin de la saison. Il s'est avéré être un outil très précieux pour sauvegarder le moral de Joan et préserver son image en tant que coureur. Ceci lui permettra de continuer à penser comme un coureur, faisant preuve d’ambition avec son esprit combatif, qui aujourd'hui lui sera plus nécessaire que jamais, et dont il aura besoin de démontrer.

A tous, je vous remercie pour votre aimable attention,

L’équipe Kawasaki Racing Team et la grande famille Kawasaki

 

Retourner